lundi 20 février 2012

Loi #5: Développement inégal des parties du système

La deuxième des lois dites "cinématiques" s'intéresse aux composants du système.
On y retrouve des notions connues par ailleurs, dans la théorie des contraintes par exemple, où l'on sait que rien ne sert de tout optimiser, il vaut mieux se concentrer sur le goulot d'étranglement d'un processus. C'est le même examen que propose de faire cette loi au niveau du système.


Tout système est constitué de sous-systèmes, et ce qui peut freiner l'évolution d'un système, c'est l'un de ses sous-systèmes.
Le système technique, au cours de son évolution, verra des améliorations se produire. Celles-ci proviennent d'une meilleure organisation des sous systèmes, de l'amélioration de la conductibilité énergétique, de l'amélioration des performances des sous-systèmes. Cependant, au cours de l'évolution, il se crée des déséquilibres au sein du système. Ceci est d'autant plus vrai que le système est complexe. En effet, chaque sous-système suit sa courbe en S, et certains d'entre eux n'ont plus le potentiel d'évolution nécessaire pour permettre au système de progresser.
Il s'ensuit alors qu'il peut être nécessaire de faire changer de courbe en S un sous-système (innovation de rupture) pour permettre au système de poursuivre son évolution.
Les impacts sur le système sont importants, mais aussi sur tous es autres sous-systèmes, qui doivent alors s'adapter à cette nouvelle architecture.
Dans le schéma multi-écrans, la loi du développement inégal des parties du système nous invite à nous concentrer sur les sous-systèmes et de trouver le "maillon faible", celui qui bloque la progression de l'ensemble,
Il en découle un changement structurel du système de part la l'évolution importante que l'un de ses sous-systèmes sera amené à effectuer.


Enregistrer un commentaire