jeudi 17 janvier 2013

Le lièvre et le renard

Je ne vais pas parler de la fable d'Esope du même nom. Vous pouvez d'ailleurs la retrouver ici.
Non, je vais plutôt évoquer quelques similitudes entre ces deux animaux. La nature fournit d'excellents exemples d'adaptation qui peuvent être riches d'enseignements. Le lièvre et le renard permettent cet exercice.
Renard polaire (source Wikipedia)

Ces deux espèces (le lièvre et le renard) comportent de nombreuses variantes. On trouve ainsi des représentants de ces espèces sous toutes les latitudes (de l'équateur à au delà du cercle polaire).
Polarhase 2 1997-08-04


En tout premier lieu, intéressons nous à deux espèces partageant le même biotope; le renard polaire et le lièvre arctique. Ces deux animaux se sont adaptés aux rigueurs climatiques et aux contraintes de leur environnement:

Tout d'abord, en prenant comme point d'analyse leurs oreilles respectives, on peut faire le constat suivant:
  • Les oreilles du renard arctique sont relativement petites, comparées à celles d'autres renards.
  • Le lièvre arctique possède des oreilles plus courtes que les autres lièvres.
Cette adaptation permet de limiter les pertes énergétiques dans des conditions de froid extrême dans lesquelles vivent ces animaux.

Prenons ensuite leur pelage: Pour ces deux animaux, il est blanc en hiver et brun en été. Cette adaptation leur permet de se fondre dans leur environnement en toute saison.

Si l'on cherche des animaux du même type, vivant sous des latitudes beaucoup plus chaudes, on trouvera, par exemple:

Le lièvre de  Californie, ou JackRabbit:
Lièvre de Californie (source Wikipedia)

Et le fennec:
Fennec (source Wikipedia)
Ces deux animaux ont des oreilles de taille importante, et très vascularisées, qui servent d'éléments de refroidissement.
Leur pelage n'est pas variable en couleur en fonction des saisons.


Les constats que l'on peut faire, à propos les deux paramètres analysés sur ces deux catégories d'animaux, sont que:
  • Ces animaux ont développé des caractéristiques adaptées à leur milieu (pelage variable, couleur, taille des oreilles)
  • En prenant l'exemple des oreilles: dans un cas elles sont de taille minimale pour éviter les déperditions énergétiques, et dans l'autre cas elles sont de taille maximale pour permettre le maximum d'échange thermique. Soit l'organe est adapté à une dissipation minimale (froid) soit il est adapté à une dissipation importante (chaud)
  • Pour le pelage: soit il est adapté au changement saisonnier  de l'environnement (hiver arctique) soit il reste constant tout au long de l'année.
  • Il n'y a pas de lien génétique direct entre les renards et les lièvres, mais pourtant les mêmes caractéristiques se sont développées. On peut donc en déduire que la stratégie utilisée était gagnante pour les deux espèces.
Dans le livre de Genrich Altshuller,  The Innovation Algorithm, un chapitre, "patented in the paelozoic era", traite des innovations créées dans la nature. Le parallèle entre les objets techniques et les animaux paraît assez naturel. La nature, de par son pouvoir de sélection, a favorisé les stratégies les plus efficaces.

On peut faire un lien avec les objets techniques:
  • D'un côté, les espèces animales se spécialisent et s'adaptent à leur environnement (la nature).
  • De l'autre, les objets se spécialisent et s'adaptent à leur environnement (leur marché).

Dans les deux cas, des niches se créent, qui sont colonisées, poussant à une spécialisation qui ne permet que rarement un retour en arrière simple. Ainsi des paramètres prennent des valeurs très différentes d'un cas à l'autre (par exemple, la taille des oreilles, ou le pelage variable en fonction de la saison).

Les lois d'évolution des objets techniques sont l'équivalent des lois naturelles d'évolution, appliquées aux objets. Comme elles, elles ont un caractère systématique, et tout objet, pour pouvoir "survivre", doit les suivre. Connaître ces lois permet de prédire les évolutions des objets, et de s'en remettre à des règles plutôt qu'à une évolution hasardeuse.
Enregistrer un commentaire