dimanche 17 novembre 2013

Un processus de résolution

matrice 11 principes de séparation contradiction modèle ENV coeur FPU 9 ecrans lois idealite ressources titre


Les posts précédents ont amené un certain nombre de concepts, et d'outils.
Il est possible de les organiser  afin de structurer l'approche de résolution.
Je vais donc décrire ici un processus applicable avec les outils en notre possession. Il peut être utilisé intégralement, ou partiellement, de façon linéaire ou avec des allers-retours. Bref, on peut l'utiliser comme bon nous semble.

Depuis la formulation du problème qui nous préoccupe, jusqu'à sa résolution, le processus décrit ici s’appuie, pour la résolution, sur les principes de séparation et la matrice de résolution des contradictions techniques. Mais pour arriver à l'utilisation de ces outils, mieux vaut commencer par bien comprendre le problème en question. Toutes les étapes préalables à l'utilisation de la matrice et des principes de séparation sont destinées à reformuler le problème, et mieux le définir.

La fonction principale utile



En tout premier lieu, on définit la fonction principale utile: à cette étape, il faut décrire la fonction à améliorer. Tout commence donc par la définition du problème précis qui nous préoccupe. Il est important de le formuler le plus justement possible, car de cette formulation découlera la solution au problème posé.

Le diagramme multi écrans



On passe ensuite par le diagramme multi écrans. Cet outil va permettre de définir de façon claire:
    • d'une part quel est l'environnement de l'objet, et de quoi il se compose (axe systémique), 
    • et d'autre part quelles furent les évolutions de ses composants et de son environnement (axe temporel).

Il permet aussi de définir les objectifs à atteindre. Après l'analyse sur la base de ce schéma, on doit être en possession d'une liste de paramètres d'évolution. Tout le travail suivant va consister à formuler des hypothèses d'évolution:
    • Quel paramètre non satisfaisant actuellement doit s'améliorer?
    • Quel autre paramètre est à conserver en l'état?
A cette étape, il est important de se concentrer en premier lieu à la colonne centrale.  Bien définir le système actuel, ses composantes et son environnement, permet de poser la situation initiale. 
S'intéresser en second lieu à la colonne de gauche (le système précédent, ses composants et son environnement, permettre en évidence les évolutions parcourues.
Enfin, la colonne de droite (le futur) pourra être explorée en tenant compte des évolutions passé / présent, et permettra de formuler des hypothèses d'évolution.

Les lois d'évolution


 Les lois d'évolution nous donnant la direction à suivre, nous guident vers la solution. A cette étape, il est important d'examiner, pour chacune des lois:
      • Quel est le positionnement du système par rapport à la loi étudiée
      • Quelle serait l'évolution prévisible du système, en accord avec les hypothèses faites lors de l'utilisation du schéma multi-écrans. 
Cette description nous indique ce qu'il est possible d'envisager, tout en tenant compte des conditions spécifiques du problème (un des trois postulats de TRIZ).

L'idéalité


A cette étape, il ne faut pas hésiter à formuler ce qui serait idéal. Plus forte est la formulation, et plus la solution est proche. Bien sûr, l'idéalité a déjà été utilisée précédemment, lors de la formulation d'hypothèses, et doit rester en permanence une préoccupation importante pour le concepteur.

Les ressources


 

Les ressources font partie du problème, mais aussi de la solution. A cette étape, on liste celles dont on dispose. C'est souvent générateur de pistes de solutions pertinentes.
Un point aussi à noter, est que nous passons régulièrement à côté de ses ressources, certainement parce qu'elles font partie de l'univers du problème, et que de ce fait on oublie d'en tirer parti. 

Les contradictions


Définir la ou les contradictions à l'aide du modèle ENV.
Chaque contradiction physique peut être représentée par de multiples contradictions techniques. Le fait d'avoir listé les paramètres au tout début du processus permet de traiter ces poly-contradictions, et de choisir quelles contradictions sont les plus importantes à résoudre.
Dans cette partie, on détermine quelles sont les contradictions qui sont à traiter en priorité. Autrement dit, on définit la stratégie de résolution.




La matrice


Après les avoir listées et organisées, on choisit quelle contradiction technique doit être traitée, en utilisant la stratégie de résolution définie dans l'étape précédente.


Une fois la contradiction choisie les paramètres de la contradiction doivent être modélisés.
Ensuite, on résout le problème à l'aide de la matrice des contradictions techniques et des paramètres d'évaluation. On traite ici la résolution de la contradiction technique. En sortie, on obtient le ou les principes à appliquer (parmi les 40 disponibles). Il reste alors à transposer ces résolutions standard au problème réel. On peut, pour cette opération, se servir de la matrice en ligne.

Les 11 principes de résolution des contradictions physiques



Lorsque la contradiction physique est bien identifiée, on peut résoudre le problème à l'aide des 11 principes de résolution des contradictions physiques.


L'ensemble du processus est représenté ci-dessous, de façon visuelle, afin de mieux s'en faire une image. La résolution se fait en partant du centre, et en parcourant les étapes les unes après les autres.

On a donc deux "issues" en sortie du processus:
Enfin, un autre point non négligeable que l'on observe lors du déroulement du processus: il est tout à fait naturel de générer des idées tout au long de celui-ci.  Il n'en reste pas moins que le processus gagne en efficacité s'il est déroulé complètement en restant focalisé sur le problème à traiter. Une bonne stratégie est d'avoir un bloc note à côté de soi pour noter toutes les idées venant au cours du processus. L'objectif n'est pas d'utiliser sur le moment ces idées, mais simplement les consigner pour y revenir après. Le fait de les noter permet simplement au cerveau de se décharger de celles-ci. Étant notées, elle ne seront pas perdues et c'est d'une façon plus libre que l'on pourra continuer le processus.
En fin de processus, ces idées pourront alors être exploitées et enrichir ainsi la base de connaissances du groupe de résolution.
Enregistrer un commentaire